Trump condamné à payer 83,3 millions de dollars de dommages et intérêts dans une affaire de diffamation

Trump condamné à payer 83,3 millions de dollars de dommages et intérêts dans une affaire de diffamation



Donald Trump a été condamné vendredi par un jury fédéral à verser 83,3 millions de dollars de dommages et intérêts à E. Jean Carroll, qui accusait l’ancien président américain d’avoir détruit sa réputation de journaliste digne de confiance en niant l’avoir violée il y a près de trois décennies.

Carroll, 80 ans, a poursuivi Trump en novembre 2019 pour avoir nié cinq mois plus tôt l’avoir violée au milieu des années 1990 dans le vestiaire d’un grand magasin Bergdorf Goodman à Manhattan.

Trump, 77 ans, a affirmé qu’il n’avait jamais entendu parler de Carroll et qu’elle avait inventé son histoire pour augmenter les ventes de ses mémoires.

Ses avocats ont déclaré que Carroll avait soif de gloire et qu’elle appréciait l’attention de ses partisans pour avoir dénoncé son ennemi juré.

En mai dernier, un autre jury a ordonné à Trump de payer à Carroll 5 millions de dollars pour un refus similaire d’octobre 2022, estimant qu’il avait diffamé et abusé sexuellement Carroll. Trump fait appel de cette décision.

Dans le procès en cours, Carroll avait demandé au moins 10 millions de dollars supplémentaires, affirmant que Trump avait « brisé » sa réputation de journaliste respectée qui disait la vérité.

Elle a également demandé des dommages-intérêts punitifs, en partie pour empêcher Trump de répéter ses dénégations.

LA CAMPAGNE DE Trump

Le juge de district américain Lewis Kaplan, qui a supervisé les deux procès, a déclaré que le verdict précédent était contraignant pour le deuxième procès, ce qui signifie que la seule question pour les jurés était de savoir combien Trump devrait payer.

Trump, un républicain, a utilisé le cas de Carroll et ses autres déboires juridiques pour renforcer sa campagne visant à reprendre la Maison Blanche lors des élections de novembre, dans le cadre d’une confrontation probable contre le démocrate Joe Biden, qui l’a battu en 2020.

Trump fait face à 91 chefs d’accusation dans quatre actes d’accusation criminels, dont deux affaires l’accusant d’avoir tenté d’annuler illégalement sa défaite électorale de 2020. Il a plaidé non coupable dans toutes les affaires et s’est présenté comme la victime de mensonges politiquement motivés et d’un système judiciaire incontrôlable.

Au cours du procès Carroll, Trump a été entendu marmonner devant le tribunal que l’affaire était une « escroquerie » et une « chasse aux sorcières » et qu’il ne savait toujours pas qui était Carroll, ce qui a incité le juge à lui demander à deux reprises de se taire.

Trump a quitté la salle d’audience vendredi lors de la plaidoirie finale de l’avocate de Carroll, Roberta Kaplan, mais est revenu pour les arguments de son propre avocat.

Kaplan, qui n’a aucun lien de parenté avec le juge, avait fait valoir que Trump avait agi comme s’il n’était pas lié par la loi.

« Ce procès a pour but de le faire arrêter, une fois pour toutes », a-t-elle ajouté. « Il est désormais temps de lui faire payer cher. »

« COCON D’AMOUR »

L’avocate de Trump, Alina Habba, a rétorqué qu’il s’agissait de la publication d’extraits des mémoires de Carroll dans New York c’est le magazine qui a déclenché les attaques, et non les dénégations de Trump qui ont commencé cinq heures plus tard.

Elle a également fait valoir que Carroll appréciait sa nouvelle renommée et était « plus heureuse que jamais », citant son témoignage selon lequel elle était entrée dans un « cocon d’amour » de la part de ses partisans.

Un expert en dommages de l’Université Northwestern qui a témoigné au nom de Carroll a estimé que les déclarations de Trump auraient porté atteinte à la réputation entre 7,3 et 12,1 millions de dollars.

Jeudi, Trump n’a passé que quatre minutes à se défendre à la barre des témoins après que le juge Kaplan lui ait interdit, ainsi qu’à ses avocats, de revenir sur les questions réglées lors du premier procès.

Trump a été autorisé à confirmer son témoignage de déposition d’octobre 2022, qui avait été montré aux jurés, dans lequel il a qualifié les affirmations de Carroll de « canular » et a déclaré qu’elle était « mentalement malade ».

Carroll a écrit la chronique « Ask E. Jean » pour Elle de 1993 à 2019, et est souvent apparu dans des programmes tels que NBC’s Aujourd’hui et ABC Bonjour Amérique. Elle a dit que ces apparences se sont taries à cause de Trump.

—Par Jonathan Stempel et Luc Cohen