Une devise BRICS pourrait-elle menacer le statut de réserve mondiale du dollar américain ?

Une devise BRICS pourrait-elle menacer le statut de réserve mondiale du dollar américain ?

[ad_1]

Le est probablement trop enraciné pour être sérieusement évincé du statut de GRC.

La menace de la dé-dollarisation se profile à mesure que les États-Unis assument un rôle plus actif dans les paiements internationaux et que le bloc BRICS se développe. Mais dans quelle mesure est-il réaliste qu’une autre monnaie fiduciaire puisse détrôner le dollar ?

Comment le dollar est-il devenu la monnaie de réserve mondiale ?

Il a fallu une confluence historique unique pour que le dollar devienne la monnaie de réserve mondiale (GRC). Suite à la consolidation de l’après-Seconde Guerre mondiale, le rôle de premier plan des États-Unis s’est étendu à un nouveau système monétaire mondial. Ayant de grandes réserves d’or et des ressources naturelles mais aussi directement épargnées par la Seconde Guerre mondiale, les États-Unis ont pris les choses en main.

Même avant la fin officielle de la Seconde Guerre mondiale, en juillet 1944, les États-Unis ont accueilli 44 pays alliés à Bretton Woods, dans le New Hampshire. C’est ici que le nouvel ordre mondial a été conçu. L’accord de Bretton Woods a fait en sorte que les pays alliés se sont retirés de l’étalon-or et ont plutôt rattaché leurs monnaies au dollar.

À son tour, le dollar était toujours indexé sur les réserves d’or américaines, servant de proxy. Ainsi, les banques centrales des pays alliés maintiendraient un change fixe par rapport au dollar, échangeable contre de l’or.

Réserves d'or des États-Unis

Après 1971, lorsque le président Nixon a mis fin à la convertibilité directe dollar-or, les réserves d’or américaines ont stagné. Crédit image : CEIC Dat

À partir de ce moment, d’autres pays ont commencé à accumuler des dollars américains. Leurs banques centrales respectives pourraient encore réguler leurs propres devises en les vendant ou en les achetant pour les rendre plus faibles ou plus robustes face au dollar.

De plus, ils ont commencé à acheter des titres du Trésor américain (dette fédérale) comme valeur refuge.

Le rôle du dollar dans les paiements internationaux

Le Fonds monétaire international (FMI) était un autre sous-produit de l’accord de Bretton Woods. L’organisation a renforcé la portée du dollar sur le plan opérationnel en accordant des prêts aux pays membres. Selon les données du FMI pour le quatrième trimestre 2022, le dollar détient 58,36 % du total des réserves de change mondiales.

A titre de comparaison, l’euro détient 20,47%, tandis que le renminbi chinois (avec le yuan comme unité) n’est qu’à 2,69%. C’est plus de deux fois moins que le yen japonais à 5,51 %. Dans l’ensemble, les créances en dollars américains s’élèvent à 6,47 billions de dollars au quatrième trimestre 2022, sur 11,96 billions de dollars de réserves de change totales.

De même, la plupart des échanges internationaux se font en dollars sans seconde place.

Rôle international du dollar américain

Rôle international du dollar américain

Crédit image : Banque des règlements internationaux (BRI) en date de décembre 2022.

Fait intéressant, selon les données du World Gold Council pour le premier trimestre 2023, l’Europe occidentale est désormais le plus grand accumulateur de réserves d’or, avec 11 776 tonnes. Les États-Unis suivent de près avec 8 133 tonnes. La Russie et la Chine détiennent respectivement 2 326 et 2 068 tonnes.

Pourquoi le statut de monnaie de réserve mondiale du dollar serait-il menacé ?

Lundi, l’actuelle directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva, a clairement indiqué que le dollar américain resterait GRC dans un avenir prévisible.

« Et là je ne vois pas d’alternative, je ne la vois pas venir de si tôt »

Georgieva a également noté que le seul véritable concurrent est le , tandis que toutes les autres devises sont à un seul chiffre. Cependant, l’Europe elle-même est étroitement liée aux États-Unis politiquement et économiquement, c’est donc une distinction sans différence.

Cela dit, les États-Unis ont déclenché un domino en imposant des sanctions sans précédent contre la Russie, le plus grand pays du monde doté d’abondantes ressources naturelles. D’autres pays perçoivent désormais que les États-Unis ne peuvent plus être considérés comme un gardien neutre et fiable de la finance internationale.

Cette perception vient principalement des pays BRICS, qui pourraient s’étendre à 24 pays si toutes les candidatures des membres sont acceptées. Le nouveau bloc BRICS représenterait environ 47 % de la population mondiale ou 37 % du produit intérieur brut (PIB) mondial.

Avec la Russie, la Chine, l’Arabie Saoudite, les Émirats Arabes Unis et l’Iran comme principaux producteurs de pétrole dans les BRICS, la voie vers le détrônement du pétrodollar s’ouvrirait. Ces cinq nations contribuent à hauteur de 36 % à la production mondiale de pétrole, selon les données de l’EIA pour 2022.

Le premier tremplin dans cette direction serait le passage par l’Arabie saoudite des règlements des transactions pétrolières du dollar au yuan chinois. Le tremplin essentiel qui reste à concrétiser serait la création d’une nouvelle monnaie BRICS soutenue par les vastes ressources naturelles des pays membres.

Est-il probable qu’une autre devise Fiat devienne une GRC ?

La semaine dernière, il a été signalé que l’Argentine commencerait à payer en yuans au lieu de dollars pour les importations chinoises, à environ 1 milliard de dollars, suivi de 790 millions de dollars d’importations mensuelles. Cela indiquerait la tendance à la dédollarisation susmentionnée au profit du yuan chinois.

Cependant, en y regardant de plus près, il devient évident que l’Argentine a changé en raison d’une inflation historique à trois chiffres et d’une pénurie de réserves en dollars. Plus important encore, le yuan chinois est effectivement indexé sur le dollar américain.

Cela est évident par l’augmentation des importations et des exportations sino-américaines à 690,6 milliards de dollars l’année dernière, selon le BEA. De même, la Chine est le deuxième détenteur étranger de la dette américaine, derrière le Japon, avec 859 milliards de dollars.

En d’autres termes, malgré la militarisation du système de paiement SWIFT par les États-Unis, le dollar reste le moyen d’échange le plus pratique et un actif refuge par rapport aux alternatives. Cela va devenir encore plus dominant avec la mise en ligne de FedNow.

Il convient également de noter que le budget militaire américain, en tant que soutien de facto au dollar, est sans égal. Pourtant, la politique internationale des États-Unis a ouvert les portes à la dédollarisation. De même, la dette publique américaine semble n’avoir aucune limite, ce qui rend la détention de bons du Trésor américain moins attrayante.

Si les deux tendances se poursuivent, le statut GRC du dollar déclinera inévitablement, mais pas dans un avenir prévisible.

Clause de non-responsabilité: Ni l’auteur, Tim Fries, ni ce site Web, The Tokenist, ne fournissent de conseils financiers. Veuillez consulter la politique de notre site Web avant de prendre des décisions financières.

Cet article a été initialement publié sur The Tokenist. Consultez la newsletter gratuite de The Tokenist, Five Minute Finance, pour une analyse hebdomadaire des plus grandes tendances de la finance et de la technologie.

[ad_2]