Le tribunal électoral nigérian rejette la contestation de la victoire de Tinubu à la présidentielle Par Reuters

Le tribunal électoral nigérian rejette la contestation de la victoire de Tinubu à la présidentielle Par Reuters

[ad_1]


© Reuter. PHOTO DE DOSSIER : Bola Tinubu, président du Nigeria, arrive pour la séance de clôture du sommet du Nouveau Pacte financier mondial, le vendredi 23 juin 2023 à Paris, en France. Lewis Joly/Piscine via REUTERS

Par Camillus Eboh

ABUJA (Reuters) – Le tribunal électoral présidentiel du Nigeria a rejeté mercredi une contestation par l’opposition de la victoire de Bola Tinubu lors du scrutin contesté de février, suivant une tendance observée lors des élections précédentes dans le pays le plus peuplé d’Afrique.

Aucune contestation judiciaire du résultat d’une élection présidentielle n’a abouti au Nigeria, qui est revenu à la démocratie en 1999 après trois décennies de régime militaire presque ininterrompu et a un historique de fraude électorale.

Atiku Abubakar du Parti démocratique populaire et Peter Obi du Parti travailliste, arrivés respectivement deuxième et troisième, avaient demandé au tribunal d’invalider l’élection, alléguant des irrégularités.

Le juge Haruna Tsammani, lisant une longue décision au nom du panel de cinq juges du tribunal, a rejeté point par point la requête d’Obi. Il lisait la pétition d’Atiku, qui devait également être rejetée.

La requête d’Obi était « sans fondement » et n’avait « pas apporté de preuves suffisamment crédibles » pour étayer ses allégations d’irrégularités, a déclaré Tsammani.

Les observateurs européens avaient déclaré en juin que les élections avaient été entachées de problèmes, notamment des échecs opérationnels et un manque de transparence qui ont réduit la confiance du public dans le processus.

Cependant, les élections n’ont suscité que peu de signes d’une vague d’opposition populaire et Tinubu a été accepté par la communauté internationale comme le leader légitime du Nigeria. Alors que le tribunal rendait sa décision, Tinubu se trouvait en Inde pour préparer sa participation au sommet du G20.

Atiku et Obi peuvent faire appel devant la Cour suprême du pays pour annuler la décision du tribunal. Tout appel doit être conclu dans les 60 jours suivant la date du jugement du tribunal.

Bien que favorable à Tinubu, la décision du tribunal ne devrait pas susciter une euphorie ou un élan particulier pour le président après une élection marquée par un taux de participation record de 29 %.

Dans un pays de plus de 200 millions d’habitants, dont 87 millions étaient inscrits sur les listes électorales, Tinubu n’a recueilli que 8,79 millions de voix, le plus faible nombre de présidents depuis le retour à la démocratie, limitant la bonne volonté à son égard.

Tinubu a hérité d’une croissance économique anémique, d’un chômage élevé, du taux d’inflation le plus élevé depuis deux décennies, d’une dette record, d’un vol massif de pétrole qui a affecté les recettes publiques et d’une insécurité généralisée de la part de son prédécesseur Muhammadu Buhari.

Il a lancé une série de réformes, notamment la suppression d’une subvention pétrolière populaire mais coûteuse et le contrôle des changes, mais s’est heurté à la résistance des syndicats, qui ont organisé une grève générale de deux jours cette semaine et en prévoient une autre.

[ad_2]