Le Canada se prépare à étendre l’aide à mourir au milieu d’un débat Par Reuters

Le Canada se prépare à étendre l’aide à mourir au milieu d’un débat Par Reuters

[ad_1]


© Reuters. PHOTO DE DOSSIER : Le bâtiment de la Cour suprême est photographié à Ottawa le 21 mars 2014. REUTERS/Chris Wattie/File Photo

Par Anna Mehler Paperny

TORONTO (Reuters) – Le Canada se prépare à élargir son cadre d’aide médicale à mourir pour devenir l’un des plus larges au monde, un changement que certains veulent retarder en raison des inquiétudes que les personnes vulnérables ont plus facilement accès à la mort qu’à une vie sans souffrance.

À partir de mars, les personnes dont la seule condition sous-jacente est la maladie mentale pourront accéder à l’aide à mourir. La maladie mentale a été exclue lorsque la loi la plus récente sur l’aide médicale à mourir (AMM) a été adoptée en 2021.

Cela fera du Canada l’un des six pays au monde où une personne atteinte d’une maladie mentale seule et qui n’est pas près de sa mort naturelle peut trouver un médecin pour l’aider à mourir.

Les personnes devront toujours postuler et être jugées éligibles par deux cliniciens qui devront déterminer si elles ont une condition irrémédiable leur causant des souffrances intolérables et si elles ont la capacité – si elles comprennent et apprécient leur condition, la décision et ses conséquences.

« Des cas de fatigue de la vie au Canada se produisent », a déclaré Madeline Li, une psychiatre du cancer spécialisée en soins palliatifs qui a mis en place un cadre d’aide à la mort pour son réseau hospitalier de Toronto.

« Je suis devenu très à l’aise avec l’AMM pour les personnes mourantes. Je suis moins à l’aise pour élargir les indications. … Nous avons rendu l’AMM si ouverte que vous pouvez la demander pour pratiquement n’importe quelle raison. »

Plus de 30 000 Canadiens sont morts avec l’assistance médicale depuis qu’elle est devenue légale en 2016 – plus de 10 000 d’entre eux en 2021, ce qui représente 3,3 % des décès canadiens cette année-là, selon les données officielles. La grande majorité ont été jugées proches de leur mort « naturelle ». L’année dernière, 4,5% des décès aux Pays-Bas et 2,4% des décès en Belgique ont été médicalement assistés.

Des cliniciens et des experts travaillent sur un modèle de norme de soins AMM pour la maladie mentale pour les groupes réglementant les cliniciens.

Mais certains demandent que l’expansion soit retardée ; d’autres disent que le système existant est défectueux parce que les personnes souffrant d’un manque de traitement ou de soutien peuvent avoir accès à l’aide à mourir.

Certaines personnes ont déclaré dans des reportages locaux qu’elles demandaient l’aide à mourir parce qu’elles n’avaient pas de logement approprié ou d’autres soutiens.

L’agence fédérale au service des anciens combattants affirme qu’au moins un employé a suggéré la mort assistée spontanée à au moins quatre anciens combattants entre 2019 et 2022. Elle enquête sur une autre allégation de ce type, a déclaré un porte-parole dans un e-mail, ajoutant que les conseils sur la mort assistée n’étaient pas un service du département. Certains ont cité cela comme un exemple d’utilisation abusive du système.

Certains psychiatres opposés à l’élargissement disent qu’il est impossible de déterminer si une maladie mentale est « irrémédiable ».

Un porte-parole du ministre de la Santé, Jean-Yves Duclos, a déclaré que le gouvernement travaillait avec ses homologues pour s’assurer qu’« un cadre solide est en place » lorsque la mort assistée sera disponible pour les maladies mentales.

Un retard signifierait que « les personnes qui souffrent actuellement de manière intolérable … devraient continuer à souffrir », a déclaré la médecin torontoise Justine Dembo, qui évalue les patients pour l’aide à mourir et faisait partie d’un groupe d’experts sur le sujet.

Dembo s’attend à des pénuries d’évaluateurs et de prestataires en raison de la stigmatisation et de la demande liées au travail.

Jocelyn Downie, qui fait partie du groupe établissant des normes de pratique, a déclaré que si certaines personnes souffrant de manière intolérable pourraient souffrir moins si elles avaient accès en temps opportun à un traitement ou à des soutiens, leur refuser la mort assistée ne résout pas le problème : cela signifie simplement qu’elles continuent de souffrir.

LP, qui souffre d’anorexie et a demandé à être identifiée par ses initiales, espère accéder à l’aide à la mort lorsqu’elle sera disponible. Sans cela, dit-elle, elle continuera à souffrir jusqu’à ce que la maladie ou le suicide la tue.

« Ce serait juste plus digne. »

[ad_2]