La frustration monte face au fait que l’aide suite au séisme au Maroc n’a pas encore atteint certains survivants ;  le bilan s’élève à 2 901 Par Reuters

La frustration monte face au fait que l’aide suite au séisme au Maroc n’a pas encore atteint certains survivants ; le bilan s’élève à 2 901 Par Reuters

[ad_1]

6/6

© Reuter. Mohamed Ouchen, 66 ans, un survivant qui a aidé à sortir sa sœur, son mari et leurs enfants des décombres, regarde sa maison détruite, à la suite d’un tremblement de terre meurtrier, à Tikekhte, près d’Adassil, au Maroc, le 11 septembre 2023. REUTERS/Nacho Doc

2/6

Par Alexander Cornwell, Jihed Abidellaoui et Ahmed Eljechtimi

TALAT N’YAAQOUB, Maroc (Reuters) – De nombreux survivants du séisme au Maroc se sont retrouvés mardi dans des abris de fortune après une quatrième nuit passée en plein air, tandis que les villageois des zones montagneuses dévastées ont exprimé leur frustration de n’avoir reçu aucune aide des autorités.

Le bilan des morts du séisme de magnitude 6,8 qui a frappé les montagnes du Haut Atlas vendredi soir s’est élevé à 2 901, tandis que le nombre de personnes blessées a plus que doublé pour atteindre 5 530, a rapporté la télévision d’État.

Il s’agit du tremblement de terre le plus meurtrier que ce pays d’Afrique du Nord ait connu depuis 1960 et le plus puissant depuis plus d’un siècle.

Des secouristes espagnols, britanniques et qataris aidaient les équipes de recherche marocaines, tandis que l’Italie, la Belgique, la France et l’Allemagne ont déclaré que leurs offres d’assistance n’avaient pas encore été approuvées.

La situation était particulièrement désespérée pour les habitants des zones isolées isolées par les glissements de terrain provoqués par le séisme qui ont bloqué les routes d’accès, tandis que dans les zones accessibles, les efforts de secours s’intensifiaient avec des camps de tentes et des distributions de nourriture et d’eau.

Mehdi Ait Bouyali, 24 ans, campait le long de la route de Tizi n’Test, qui relie les vallées reculées à Marrakech, avec quelques autres survivants qui avaient également fui leurs villages détruits. Il a déclaré que le groupe avait reçu de la nourriture et des couvertures de la part des passants, mais rien de l’État.

« Les villages de la vallée ont été oubliés. Nous avons besoin d’aide. Nous avons besoin de tentes », a-t-il déclaré, critiquant les efforts de secours du gouvernement.

Hamid Ait Bouyali, 40 ans, campait également au bord de la route.

« Les autorités se concentrent sur les communautés les plus importantes et non sur les villages reculés qui sont les plus touchés », a-t-il expliqué. « Dans certains villages, les morts sont encore enterrés sous les décombres. »

Les espoirs de retrouver des survivants s’estompaient, notamment parce que de nombreuses maisons traditionnelles en briques crues, courantes dans le Haut Atlas, se sont effondrées en décombres sans laisser de poches d’air.

De nombreux villageois n’ont plus d’électricité ni de réseau téléphonique depuis le séisme et ont dû secourir leurs proches et extraire les cadavres enterrés sous leurs maisons détruites, sans aucune aide.

Des citoyens ordinaires ont également apporté leur aide, comme Brahim Daldali, 36 ans, de Marrakech, qui utilisait une moto pour distribuer de la nourriture, de l’eau, des vêtements et des couvertures donnés par des amis et des inconnus.

« Ils n’ont rien et les gens meurent de faim », a-t-il déclaré.

Les habitants du village de Kettou, démoli par le séisme, ont heureusement tous survécu grâce à une célébration de mariage pour laquelle ils avaient quitté leurs maisons en pierre et en briques crues pour écouter de la musique traditionnelle dans une cour extérieure.

QUELQUES AIDES OFFERTES MAIS NON PRISES

À Amizmiz, un grand village au pied des montagnes transformé en centre d’aide, certaines personnes rendues sans abri à cause du séisme ont reçu des tentes jaunes des autorités, mais d’autres s’abritaient toujours sous des couvertures.

« J’ai tellement peur. Que ferons-nous s’il pleut ? » » a déclaré Noureddine Bo Ikerouane, un menuisier, qui campait avec sa femme, sa belle-mère et ses deux fils, dont un autiste, dans une tente improvisée confectionnée avec des couvertures.

L’épicentre du séisme se trouvait à environ 72 km au sud-ouest de Marrakech, où certains bâtiments historiques de la vieille ville, classée au patrimoine mondial de l’UNESCO, ont été endommagés.

Les quartiers plus modernes de Marrakech sont en grande partie sortis indemnes, y compris un site près de l’aéroport destiné aux réunions du FMI et de la Banque mondiale qui doivent se tenir le mois prochain.

Plus de 10 000 personnes étaient attendues à ces réunions que le gouvernement souhaite maintenir, ont indiqué des sources.

Le Maroc a accepté les offres d’aide de l’Espagne, de la Grande-Bretagne, des Émirats arabes unis et du Qatar, mais n’a pas accepté celles de l’Italie, de la Belgique, de la France et de l’Allemagne.

L’Allemagne a déclaré lundi qu’elle ne pensait pas que cette décision était politique, mais le ministre italien des Affaires étrangères, Antonio Taji, a déclaré mardi à la radio Rtl que le Maroc avait choisi de recevoir de l’aide uniquement des pays avec lesquels il entretenait des relations étroites.

Caroline Holt, directrice mondiale des opérations à la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR), qui a lancé mardi un appel d’urgence en faveur des victimes du séisme, a défendu les décisions du Maroc.

« Nous savons qu’il est extrêmement complexe d’accéder à ces zones difficiles d’accès. Les besoins continuent d’évoluer », a-t-elle déclaré. « Je pense que le gouvernement marocain prend des mesures prudentes en matière d’ouverture, en acceptant les offres bilatérales de soutien. »

D’autres ont exprimé leur frustration de ne pas être autorisés à apporter leur aide.

Arnaud Fraisse de Secouristes Sans Frontières, une ONG française, a déclaré qu’elle avait proposé à l’ambassade du Maroc à Paris une équipe de neuf personnes prêtes à partir mais qu’aucune réponse n’était venue de Rabat.

« Maintenant, quatre jours plus tard, il est trop tard pour partir car nous sommes ici pour travailler d’urgence, pour sauver les gens sous les décombres, pas pour découvrir des cadavres », a-t-il déclaré. « Cela nous brise le cœur. »

[ad_2]