Israël promet une réponse rapide à la fusillade dans une synagogue Par Reuters

Israël promet une réponse rapide à la fusillade dans une synagogue Par Reuters

[ad_1]


© Reuters. Des Israéliens discutent près de la scène d’une fusillade qui s’est produite la nuit précédente, à Neve Yaacov, qui se trouve sur des terres occupées qu’Israël a annexées à ?Jérusalem ?après la guerre du Moyen-Orient de 1967, le 28 janvier 2023. REUTERS/Ronen Zvulun

Par la mort Lubell

JERUSALEM (Reuters) – Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a promis samedi une réponse « forte, rapide et précise » à une fusillade palestinienne meurtrière près d’une synagogue à la périphérie de Jérusalem, alors que son armée envoyait davantage de troupes en Cisjordanie occupée.

Sept personnes ont été tuées dans l’attaque de vendredi et deux autres ont été blessées dans une autre fusillade dans la ville samedi.

« Nous ne recherchons pas l’escalade, mais nous sommes prêts à tout scénario », a déclaré Netanyahu en convoquant son cabinet de sécurité.

Il a déclaré plus tard que le cabinet de sécurité avait décidé d’augmenter les permis d’armes à feu pour les civils autorisés à se défendre contre les attaques de rue. Avant la réunion, le ministre d’extrême droite de la Sécurité nationale, Itamar Ben-Gvir, a déclaré qu’il ferait pression pour cette décision.

Un garçon palestinien de 13 ans du quartier de Silwan à Jérusalem a ouvert le feu samedi sur un groupe de passants israéliens, en blessant deux, avant d’être blessé par balle par l’un d’entre eux, a indiqué la police.

L’armée israélienne a déclaré qu’un Palestinien repéré aux abords d’une colonie de Cisjordanie et armé d’une arme de poing avait été « neutralisé ».

L’attaque de Jérusalem vendredi fait suite à un raid israélien jeudi dans la ville cisjordanienne de Jénine qui a tué neuf Palestiniens, dont sept hommes armés, et à des tirs transfrontaliers vendredi entre Israël et Gaza.

Un porte-parole de l’armée israélienne a déclaré qu’un bataillon supplémentaire avait été envoyé en Cisjordanie pour être renforcé.

Il n’y avait aucun signe, cependant, Israël se préparait à une opération à grande échelle, et son bref échange transfrontalier avec Gaza s’est terminé sans faire de victimes.

Lundi, le secrétaire d’Etat américain Anthony Blinken doit arriver pour une visite de deux jours en Israël et en Cisjordanie, où les affrontements s’aggravent depuis des mois.

Le raid de jeudi a été le plus meurtrier depuis des années en Cisjordanie, où Israël a intensifié ses opérations depuis une série d’attaques de rue palestiniennes meurtrières dans ses villes l’année dernière.

Au moins 30 Palestiniens – militants et civils – ont été tués en Cisjordanie depuis le début du mois.

Le ministre des Finances Bezalel Smotrich, qui dirige le parti pro-colons du sionisme religieux et, comme Ben-Gvir, fait partie du cabinet de sécurité de Netanyahu, a déclaré qu’il exigeait une accélération des plans de construction de colonies israéliennes en Cisjordanie.

Netanyahu a déclaré après la réunion du cabinet qu’il avait décidé des mesures qui seraient avancées cette semaine « pour renforcer les implantations », sans donner plus de détails.

Dans un hôpital de Jérusalem traitant des blessés, Ben-Gvir a déclaré que davantage de permis d’armes à feu étaient justifiés. « Je veux des armes dans la rue. Je veux que les citoyens israéliens puissent se protéger », a-t-il déclaré.

SCÈNE À LA SYNAGOGUE

L’attaque de vendredi devant une synagogue a été la plus meurtrière dans la région de Jérusalem depuis 2008. Elle a eu lieu dans un quartier sur un terrain qu’Israël a annexé à Jérusalem après l’avoir capturé lors de la guerre du Moyen-Orient de 1967, dans un mouvement non reconnu internationalement.

Le tireur, Khaire Alkam, était un Palestinien de 21 ans de Jérusalem-Est. Parmi les morts se trouvait un garçon de 14 ans, a indiqué la police. Aucun groupe n’a revendiqué la responsabilité de la fusillade et le père d’Alkam a déclaré à Reuters que son fils n’avait aucun lien avec des militants.

Quarante-deux suspects, dont des membres de sa famille, ont été arrêtés, a indiqué la police. Netanyahu a déclaré que le cabinet avait décidé de poursuivre les sanctions contre les familles des assaillants.

Selon la police, Alkam est arrivé à 20h15 et a ouvert le feu avec une arme de poing, touchant plusieurs personnes avant d’être tué par la police.

Le tireur était un parent d’un Palestinien de 17 ans qui a été abattu mercredi lors d’affrontements avec les forces israéliennes dans un camp de réfugiés de Jérusalem, a indiqué sa famille.

Son père, Moussa Alkam, a déclaré qu’il ne savait pas si son fils cherchait à se venger. « Il n’est ni le premier ni le dernier jeune homme à être martyrisé et ce qu’il a fait est une source de fierté », a déclaré Alkam.

Shimon Israel, 56 ans, qui vit près du site de l’attaque, a déclaré samedi que sa famille commençait son dîner du sabbat lorsqu’ils ont entendu des coups de feu et des cris. Il a ouvert la fenêtre et a vu son voisin courir dans la rue pour aller chercher la police.

« Je lui ai dit ‘Eli, n’y va pas. Eli n’y va pas.’ Il s’est marié il y a seulement un an. Un bon voisin, comme un frère. Il a couru. Je l’ai vu tomber là-bas », a déclaré Israël à Reuters.

« Natali, sa femme, a couru après lui. Elle a vu quelqu’un ici et essayait de le réanimer. Le terroriste est venu et lui a tiré dessus par derrière et l’a attrapée aussi », a-t-il dit.

À Tel-Aviv, des dizaines de milliers d’Israéliens manifestant contre les projets de Netanyahu de réformer le système judiciaire israélien, ont commencé la manifestation samedi par une minute de silence pour les morts.

CONDAMNATION

La fusillade de vendredi, lors de la Journée internationale du souvenir de l’Holocauste, a été largement condamnée, notamment par Washington, les Nations Unies et les alliés arabes et occidentaux d’Israël.

Une Ukrainienne figurait parmi les morts, a déclaré le président ukrainien Volodymyr Zelenskiy à Kyiv.

L’Arabie saoudite, qui n’a pas de liens officiels avec Israël, a condamné le ciblage de civils et une escalade de la violence doit être stoppée.

Le groupe libanais soutenu par l’Iran, le Hezbollah, a salué l’attaque, tout comme le Hamas et le plus petit Jihad islamique.

Le président palestinien Mahmoud Abbas n’a fait aucune mention de l’attaque dans un communiqué publié par l’agence de presse officielle palestinienne WAFA, et a accusé Israël de l’escalade de la violence.

L’Autorité palestinienne d’Abbas, qui a des pouvoirs de gouvernement limités en Cisjordanie, a suspendu les accords de coopération en matière de sécurité avec Israël après le raid de Jenin jeudi.

[ad_2]