Exigences comptables et fiscales des entreprises au Honduras ?

Exigences comptables et fiscales des entreprises au Honduras ?


Se lancer dans une entreprise commerciale au Honduras offre des opportunités prometteuses dans un climat marqué par des conditions favorables, couplées à des initiatives stratégiques de développement économique.

Cependant, il reste crucial pour les investisseurs et les entreprises internationales de bien comprendre et de s’y retrouver dans les réglementations comptables et fiscales du Honduras avant de procéder à leur constitution. Une compréhension globale du paysage fiscal local est essentielle au succès des entreprises commerciales au Honduras.

Contents

Comptabilité et fiscalité Honduras : Quel est l’impôt sur les sociétés au Honduras ?

Au Honduras, les entreprises sont soumises à des taux d’imposition spécifiques, essentiels à la conformité et à la planification financière. Voici un aperçu des principaux éléments fiscaux :

  1. Impôt sur les sociétés: Les entreprises opérant au Honduras doivent payer un impôt sur les sociétés de 25 % sur leur revenu annuel imposable.
  2. Surtaxe supplémentaire pour des revenus plus élevés: Pour les entités commerciales dont le revenu imposable annuel dépasse 1,13 million de HNL (environ 46 000 USD), il existe une surtaxe supplémentaire de 5 %.
  3. Impôt minimum alternatif: Les entreprises dont le revenu brut annuel est de 11,3 millions HNL (460 000 USD) ou plus sont soumises à un taux d’imposition alternatif de 1,5 %. Cela souligne l’importance de disposer d’une équipe comptable et fiscale compétente au Honduras pour garantir le respect de ces réglementations.
  4. Impôt sur les revenus de placement et les plus-values: Les revenus des investissements et les plus-values ​​au Honduras sont imposés au taux de 10%.
  5. Impôt sur les dividendes et les intérêts: Un impôt de 10% est appliqué sur les dividendes et intérêts versés aux sociétés étrangères lorsque les revenus proviennent du Honduras.

VOIR ÉGALEMENT: Création d’entreprise au Honduras : un guide en 6 étapes

Zones de libre-échange : les régimes comptables et fiscaux du Honduras s’appliquent-ils toujours ?

une infographie du business latin hub sur la comptabilité et la fiscalité au Honduras
Comptabilité et fiscalité au Honduras, quelques points clés

Les régimes comptables et fiscaux standards diffèrent considérablement au Honduras, dans les zones franches (ZLE). Le Honduras propose 39 zones de libre-échange, dont 24 gérées par le secteur privé, principalement pour encourager la croissance des secteurs commercial, manufacturier et touristique.

Les entreprises opérant dans ces zones, qui comprennent généralement des fabricants de textiles, des producteurs d’articles de sport, des assembleurs d’électronique, des fabricants de pièces automobiles, des entreprises agroalimentaires et des entreprises touristiques, bénéficient d’exonérations fiscales substantielles. Toutefois, pour opérer dans une zone franche, les entreprises doivent obtenir l’approbation du ministère hondurien de l’Économie.

Voici les principales exonérations fiscales dont bénéficient les entreprises dans les zones franches honduriennes :

  • Exonération de la taxe à l’importation : Cette taxe atteint normalement 20 % et est supprimée pour les entreprises situées dans les zones de libre-échange.
  • Exonération de l’impôt sur les bénéfices : les entreprises bénéficient d’une exonération d’impôts sur les bénéfices tirés de la vente de marchandises en dehors du Honduras pendant 10 ans.
  • Exonération de l’impôt sur le revenu : les impôts sur le revenu nationaux et municipaux sont exonérés pendant 10 ans pour les entreprises implantées dans les zones de libre-échange.
  • Exonération de la taxe de vente (TVA) : les entreprises sont exonérées de la TVA, qui varie généralement entre 15 et 18 %.
  • Avantages pour le secteur touristique : Les entreprises du secteur touristique opérant dans une zone touristique hondurienne sont exonérées des taxes à l’importation, de la TVA et des impôts sur le revenu.
  • Bureau de change en franchise d’impôt : les entreprises implantées dans les zones franches bénéficient d’un change de devises en franchise d’impôt.

Ces incitations rendent les zones de libre-échange attrayantes pour les entreprises étrangères et locales qui cherchent à réduire leur charge fiscale et à simplifier leurs processus comptables au Honduras.

Comptabilité et fiscalité au Honduras : 5 réglementations clés en matière d’impôt sur les sociétés

  • Principe de revenu territorial
  • Fiscalité des résidents et des non-résidents
  • Taxes municipales
  • Retenue à la source sur les non-résidents
  • Fiscalité des sociétés avec actionnaires

Vous envisagez de démarrer une entreprise au Honduras ? Voici quelques points essentiels à garder à l’esprit sur le régime hondurien d’impôt sur les sociétés :

  1. Principe de revenu territorial : Au Honduras, l’assujettissement à l’impôt est basé sur le principe du revenu territorial. Cela signifie que les particuliers et les entités ne sont imposés que sur les revenus générés par des sources honduriennes.
  2. Fiscalité des résidents et des non-résidents : Le traitement fiscal varie selon les sociétés résidentes et non-résidentes. Les sociétés résidentes sont soumises à un taux d’impôt sur le revenu progressif pouvant aller jusqu’à 25 %. Les entreprises non-résidentes sont imposées sur leurs revenus bruts d’origine hondurienne à des taux allant de 10 à 25 %, en fonction de leurs activités commerciales.
  3. Taxes municipales : Les entreprises opérant dans une municipalité du Honduras sont soumises aux taxes municipales. Chaque commune a sa formule de calcul de ces taxes, et certaines peuvent proposer des incitations fiscales.
  4. Retenue à la source sur les non-résidents : Le Service d’administration des recettes (SAR) applique une retenue à la source sur les entités non-résidentes qui reçoivent des dividendes, des intérêts, des loyers, des redevances ou des frais de gestion d’une société hondurienne ou d’une entreprise étrangère basée au Honduras.
  5. Fiscalité des sociétés avec actionnaires : Les entreprises au Honduras, y compris les succursales d’entreprises étrangères, peuvent avoir des actionnaires, des détenteurs de quotas ou des administrateurs résidents et non-résidents. La localisation de l’entreprise au Honduras n’affecte pas ses obligations fiscales.

Lors de la création d’une entreprise au Honduras, se familiariser avec les lois, les règles et les exigences d’une nouvelle juridiction peut être intimidant. C’est pourquoi, lorsqu’il s’agit de comptabilité et de fiscalité au Honduras, il est préférable de faire appel à des professionnels comptables et juridiques locaux pour vous aider à rendre le processus de constitution aussi simple que possible.

une infographie du biz latin hub sur les accords commerciaux du Honduras pour un article sur la comptabilité et la fiscalité au Honduras
Renseignez-vous sur les accords commerciaux du pays et assurez-vous d’embaucher des spécialistes en comptabilité et en fiscalité au Honduras

Questions courantes pour comprendre la comptabilité et la fiscalité au Honduras

Sur la base de notre vaste expérience, voici les questions et les doutes courants de nos clients lorsqu’ils cherchent à comprendre la comptabilité et la fiscalité au Honduras.

1. Quel est le taux d’imposition des sociétés au Honduras ?

Le taux d’impôt sur les sociétés au Honduras est de 25 %.

2. Comment les entreprises sont-elles imposées au Honduras ?

L’IRS du Honduras s’appelle Secretaría de Finanzas (SEFIN) et est responsable de la mise en œuvre de la législation fiscale et douanière du Honduras.

3. Comment s’appelle l’Internal Revenue Service (IRS) au Honduras ?

L’IRS du Honduras s’appelle Secretaría de Finanzas (SEFIN) et est responsable de la mise en œuvre de la législation fiscale et douanière du Honduras.

4. Quelle est la norme comptable au Honduras ?

Les normes comptables honduriennes exigent que les entreprises préparent leurs états financiers en espagnol et conformément aux normes internationales d’information financière. Les registres comptables et les livres de comptes doivent être enregistrés en espagnol.

5. Quel est l’équivalent CPA au Honduras ?

L’équivalent d’un CPA au Honduras est un expert-comptable agréé (Contador Publico Autorizado—CPA).

6. Le Honduras déclare-t-il ses données selon les IFRS ?

Toutes les sociétés cotées doivent suivre les normes IFRS.

Biz Latin Hub peut vous aider en matière de comptabilité et de fiscalité au Honduras

Chez Biz Latin Hub, nous fournissons des services intégrés d’entrée sur le marché et de back-office dans toute l’Amérique latine et les Caraïbes, avec des bureaux à Bogota et Cartagena, ainsi que dans plus d’une douzaine d’autres grandes villes de la région. Nous avons également des partenaires de confiance sur de nombreux autres marchés.

Notre portée inégalée signifie que nous sommes idéalement placés pour soutenir l’entrée sur des marchés multi-juridictionnels et les opérations transfrontalières.

En plus des connaissances sur la comptabilité et la fiscalité au Honduras, notre portefeuille de services comprend le recrutement et le PEO, la comptabilité et la fiscalité, la création d’entreprise, l’ouverture de compte bancaire et les services juridiques d’entreprise.

Contactez-nous aujourd’hui pour en savoir plus sur la manière dont nous pouvons vous aider à trouver les meilleurs talents ou à faire des affaires en Amérique latine et dans les Caraïbes.

Si cet article sur la comptabilité et la fiscalité au Honduras vous intéresse, consultez le reste de notre couverture de la région. Ou découvrez notre équipe et nos auteurs experts.

Une infographie BLH montrant les principaux services offerts par l'entreprise
La comptabilité et la fiscalité au Honduras sont l’un des services avec lesquels Biz Latin Hub peut vous aider.

Les informations fournies ici ne doivent pas être interprétées comme des orientations ou des conseils formels. Veuillez consulter un professionnel pour votre situation spécifique. Les informations fournies sont fournies à titre informatif uniquement et peuvent ne pas refléter toutes les lois, normes et meilleures pratiques pertinentes. Le paysage réglementaire évolue continuellement ; les informations mentionnées peuvent être obsolètes et/ou subir des modifications. Les interprétations présentées ne sont pas officielles. Certaines sections sont basées sur les interprétations ou les points de vue des autorités compétentes, mais nous ne pouvons garantir que ces points de vue seront soutenus dans tous les contextes professionnels.