Un responsable russe déclare que les États-Unis exercent « des pressions et des menaces » sur un journaliste du WSJ emprisonné Par Reuters

Un responsable russe déclare que les États-Unis exercent « des pressions et des menaces » sur un journaliste du WSJ emprisonné Par Reuters

[ad_1]

2/2

© Reuters. PHOTO DE DOSSIER: Une vue montre le bâtiment du tribunal municipal de Moscou après une audience pour examiner un appel contre la détention du journaliste du Wall Street Journal Evan Gershkovich, accusé d’espionnage, à Moscou, Russie le 18 avril 2023. REUTERS / Evgenia Novozhenina

2/2

(Reuters) – Un haut responsable russe a accusé mardi les États-Unis d’exercer « des pressions et des menaces » sur Moscou dans le cas du journaliste détenu du Wall Street Journal Evan Gershkovich, ont rapporté les agences de presse publiques.

TASS a cité le vice-ministre des Affaires étrangères Sergueï Riabkov disant que Moscou ignorerait de telles tactiques. Il n’a pas précisé quelle forme avaient pris les prétendues pressions.

Gershkovich a été arrêté en mars et accusé d’espionnage, ce que lui et son journal nient. Les États-Unis affirment qu’il a été détenu à tort et tentent d’obtenir sa libération.

« Le dialogue implique la recherche d’une sorte de solutions. Du côté américain, nous ne voyons que des tentatives de pression et des menaces. Ce n’est pas la façon de mener le dialogue », a déclaré Ryabkov cité par TASS.

La Russie examinera les demandes d’accès consulaire à Gershkovich « dans une veine de travail calme, quelles que soient les tentatives des Américains d’exercer telle ou telle pression », a-t-il déclaré.

Le mois dernier, Moscou a rejeté une demande de l’ambassade américaine de visiter Gershkovich après que Washington a refusé d’accorder des visas à un groupe de journalistes russes chargés d’accompagner le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov aux Nations Unies à New York.

Les relations entre Moscou et Washington sont au plus bas depuis l’invasion russe de l’Ukraine le 24 février 2022.

L’arrestation de Gershkovich – la première fois qu’un journaliste américain était accusé d’espionnage en Russie depuis 1986 – a été largement considérée en Occident comme une tentative de Moscou d’obtenir une monnaie d’échange pour négocier la libération d’un prisonnier.

Ryabkov a précédemment déclaré que tout échange ne pouvait être envisagé qu’après qu’un tribunal ait rendu un verdict dans l’affaire.

[ad_2]