Semaine à venir – Inflation américaine et minutes de la Fed pour tester le dollar et les marchés obligataires

Semaine à venir – Inflation américaine et minutes de la Fed pour tester le dollar et les marchés obligataires

[ad_1]

  • Le rapport sur l’IPC américain et les minutes de la Fed occuperont le devant de la scène
  • Vont-ils alimenter ou freiner la hausse des rendements et du dollar ?
  • Les données sur l’inflation chinoise et la croissance britannique seront également à surveiller
  • Sinon, une semaine plus calme vous attend avec lundi un jour férié aux États-Unis

L’IPC global aux États-Unis pourrait à nouveau augmenter

Alors que les spéculations sur une nouvelle hausse de taux de la Fed s’intensifient, le dernier rapport sur l’indice des prix à la consommation aux États-Unis sera le grand moment fort de la semaine. À moins de quatre semaines de la prochaine décision du FOMC, les décideurs politiques et les traders ont le sentiment d’avoir les yeux bandés, au milieu de données contradictoires sur la direction que prend l’économie.

Le rapport de septembre sur l’IPC pourrait dissiper une partie du brouillard jeudi, ou bien il pourrait ne faire qu’ajouter à la confusion. L’IPC global a légèrement augmenté lors des deux publications précédentes, atteignant 3,7 % sur un an en août. La récente hausse des prix de l’essence a été le principal contributeur à cette hausse et la hausse mensuelle de l’IPC s’est accélérée pour atteindre 0,6 % en août.

Les prévisions tablent sur une légère modération en septembre à 0,3% m/m, mais le chiffre annuel devrait encore augmenter à 3,8%.

Les marchés pourraient bien interpréter cela comme un signe que les effets de la flambée des prix de l’énergie commencent à se stabiliser, donc à moins que les chiffres de l’IPC ne soient plus élevés que prévu, ils ne risquent pas de réagir négativement.

Cependant, les chiffres de base de l’IPC seront également importants, sinon plus, car ils éliminent toute distorsion des prix des produits alimentaires et de l’énergie. L’IPC sous-jacent a diminué régulièrement au cours des 12 derniers mois et devrait encore baisser pour atteindre 4,1 % sur un an en septembre, renforçant potentiellement l’idée selon laquelle les pressions inflationnistes s’atténuent.

Les minutes de la Fed relayeront-elles le ton belliciste ?

Toutefois, à l’approche du rapport sur l’IPC, l’ambiance sera déterminée par l’indice des prix à la production ainsi que par le procès-verbal de la réunion de septembre de la Fed, attendu mercredi. La Fed a peut-être maintenu ses taux inchangés lors de la dernière réunion, mais une série de décideurs politiques ont depuis battu le tambour belliciste si fort que les rendements du Trésor ont grimpé en flèche pour atteindre de nouveaux sommets de cycle.

Le rendement à 10 ans a brièvement atteint mardi dernier un sommet sur 16 ans à 4,88 %, dynamisant ainsi le dollar américain. Les investisseurs mettront probablement en balance dans les minutes à venir les inquiétudes concernant un ralentissement de l’économie et les craintes d’une nouvelle hausse de l’inflation. Si les responsables de la Fed s’inquiètent moins d’un ralentissement que d’une inflation persistante, les rendements pourraient atteindre de nouveaux sommets. Cependant, toute augmentation des rendements et du dollar ne sera pas durable à moins qu’elle ne soit suivie d’un rapport chaud sur l’IPC.

Enfin, l’enquête préliminaire sur la confiance des consommateurs de l’Université du Michigan sera surveillée vendredi, en particulier les chiffres des anticipations d’inflation.

Économie britannique : pas aussi mauvaise, mais pas assez forte

La livre sterling a été frappée récemment par la combinaison de la résurgence du dollar américain, de l’orientation accommodante inattendue de la Banque d’Angleterre et des perspectives plus sombres pour l’économie britannique. Dans le processus, la livre sterling a perdu sa couronne de meilleure performance de l’année dans le domaine des changes.

Cependant, l’économie n’est pas entièrement pessimiste. L’Office des statistiques nationales a récemment publié des révisions de ses calculs du PIB et on estime désormais que l’économie britannique est 1,8 % plus grande qu’elle ne l’était avant la pandémie, par rapport à l’estimation précédente qui était de 0,2 % plus petite, ce qui ne place pas le Royaume-Uni dans une situation pire qu’avant la pandémie. ses principaux homologues européens. En outre, l’indice PMI des services de septembre a été fortement révisé à la hausse lors de la lecture finale, atténuant les craintes d’une récession imminente.

Pourtant, la livre sterling n’a pas été en mesure de connaître un véritable rebond. Cela suggère que les investisseurs restent pessimistes quant au potentiel de croissance de la Grande-Bretagne et que le principal avantage de la livre sterling par rapport au billet vert avant la décision choc de la BoE était que les taux au Royaume-Uni culmineraient au-dessus de ceux des États-Unis.

Ainsi, les données publiées jeudi sur le PIB mensuel, ainsi que sur la production et le commerce, n’auront probablement pas d’impact significatif sur les perspectives à court terme de la livre sterling, hormis une réaction instinctive. Tant qu’un atterrissage en douceur reste le scénario de base pour l’économie américaine, il faudra soit une série de surprises à la hausse dans les indicateurs de croissance britanniques, soit des surprises à la baisse dans l’inflation pour éliminer les risques de stagflation qui pèsent sur le câble.

Les actifs risqués espèrent un coup de pouce en Chine

Un autre espoir pour les devises qui ont été gravement meurtries par le dollar américain est un retournement du sentiment de risque. En particulier, les devises sensibles au risque, comme le dollar australien, pourraient être en mesure de réduire certaines de leurs récentes pertes si des données chinoises optimistes étaient disponibles. Cependant, les prévisions suggèrent le contraire.

Les prix à la production en Chine devraient avoir chuté de 2,4 % sur un an en septembre contre 3,0 % en août, ce qui indique une légère amélioration de la demande de biens sortant des usines chinoises. Dans le même temps, le taux annuel de l’IPC ne devrait s’accélérer que légèrement pour atteindre 0,2 %.

Les publications de vendredi incluront également les chiffres du commerce, les exportations devant avoir chuté de 8,3 % sur un an en septembre, ce qui en ferait le cinquième mois consécutif de baisse.

Tout signe prometteur d’un rebond de l’économie chinoise à partir de chiffres meilleurs que prévu aiderait également les actions, ainsi que les prix, qui ont chuté la semaine dernière.

Même l’euro a tout à gagner des nouvelles positives concernant la Chine, en l’absence de tout autre développement. La Banque centrale européenne devrait publier jeudi son compte rendu de la réunion politique de septembre, mais il est douteux que cela ait un impact significatif sur les marchés.

Les décideurs de la BCE ont été très actifs après la réunion, fournissant de nombreux commentaires, et les colombes semblent être devenues plus bruyantes ces derniers temps en appelant à une pause dans les hausses de taux. Il est donc probable que même si les procès-verbaux maintiennent un biais de resserrement, les investisseurs les considéreront comme dépassés.

[ad_2]