Quatre enfants blessés dans une attaque au couteau dans une ville française, deux dans un état critique Par Reuters

Quatre enfants blessés dans une attaque au couteau dans une ville française, deux dans un état critique Par Reuters

[ad_1]



ANNECY, France (Reuters) – Un ressortissant syrien a blessé quatre enfants et un adulte lors d’une attaque au couteau dans un parc de la ville d’Annecy, dans le sud-est de la France, jeudi, a annoncé la police, laissant certaines des victimes gravement malades à l’hôpital.

L’agresseur était un ressortissant syrien bénéficiant du statut légal de réfugié en France, a déclaré un responsable de la police à Reuters. Il n’était pas connu des agences de sécurité et ses motivations n’étaient pas claires, a déclaré une source d’enquête.

Le ministre français de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a déclaré sur Twitter que l’agresseur avait été arrêté.

Deux enfants et un adulte étaient dans un état mettant leur vie en danger, tandis que deux enfants ont été légèrement blessés, a indiqué la police.

« Des enfants et un adulte sont entre la vie et la mort. La nation est sous le choc », a déclaré le président français Emmanuel Macron dans un communiqué sur Twitter, qualifiant l’attaque d' »acte de lâcheté absolue ».

Des témoins ont déclaré qu’au moins un des enfants blessés lors de l’attaque se trouvait dans une poussette. L’incident s’est produit vers 07h45 GMT dans la cour de récréation d’un parc au bord d’un lac à Annecy, une ville des Alpes françaises.

« Il a sauté (dans la cour de récréation), s’est mis à crier puis s’est dirigé vers les poussettes, frappant à plusieurs reprises les petits avec un couteau », a déclaré à BFM TV un témoin qui s’est fait appeler Ferdinand.

« Les mères pleuraient, tout le monde courait », a déclaré George, un autre témoin et propriétaire d’un restaurant voisin.

La chaîne de télévision a montré des images de plusieurs policiers maîtrisant un individu dans un parc.

« Rien de plus abominable que d’agresser des enfants », a déclaré sur Twitter la présidente de l’Assemblée nationale Yael Braun-Pivet. Le Parlement a observé une minute de silence pour marquer l’incident.

[ad_2]