L’Irak lance un projet routier et ferroviaire de 17 milliards de dollars pour relier l’Asie et l’Europe Par Reuters

L’Irak lance un projet routier et ferroviaire de 17 milliards de dollars pour relier l’Asie et l’Europe Par Reuters

[ad_1]



Par Timour Azhari

BAGDAD (Reuters) – L’Irak a lancé samedi un projet de 17 milliards de dollars pour relier un important port de marchandises sur sa côte sud par rail et routes à la frontière avec la Turquie, dans le but de transformer l’économie du pays après des décennies de guerre et de crise.

La route de développement vise à relier le port de Grand Faw dans le sud riche en pétrole de l’Irak à la Turquie, transformant le pays en une plaque tournante de transit en raccourcissant le temps de trajet entre l’Asie et l’Europe dans le but de rivaliser avec le canal de Suez.

« La route du développement n’est pas seulement une route pour transporter des marchandises ou des passagers. Cette route ouvre la porte au développement de vastes zones de l’Irak », a déclaré à Reuters Farhan al-Fartousi, directeur général de la General Company for Ports of Iraq.

Le gouvernement irakien envisage des trains à grande vitesse transportant des marchandises et des passagers à une vitesse pouvant atteindre 300 kilomètres (186,41 miles) par heure, des liaisons vers des centres industriels locaux et une composante énergétique qui pourrait inclure des oléoducs et des gazoducs.

Cela marquerait une rupture significative par rapport au réseau de transport vieillissant existant du pays.

Le service ferroviaire irakien exploite actuellement une poignée de lignes, y compris le fret pétrolier lent et un seul train de passagers de nuit qui relie Bagdad à Bassorah, prenant 10 à 12 heures pour parcourir 500 kilomètres.

Le port de Grand Faw, qui a été conçu il y a plus de dix ans, est à mi-chemin de son achèvement, a déclaré Fartousi.

Le transport de passagers entre l’Irak et l’Europe rappelle les grands projets du tournant du XXe siècle visant à créer un express Bagdad-Berlin.

« Nous allons réactiver cette ligne et la relier à d’autres pays », a déclaré Fartousi, notant les plans de transport des touristes et des pèlerins vers les lieux saints chiites en Irak et à La Mecque en Arabie saoudite pour le pèlerinage du Hadj.

Le projet a été annoncé samedi lors d’une conférence visant à courtiser les intérêts arabes, notamment des États arabes du Golfe, de la Syrie et de la Jordanie. Un haut responsable du gouvernement a déclaré que des investissements régionaux étaient sur la table.

Les promesses de développement sont de longue date en Irak, mais les infrastructures restent délabrées alors même que le gouvernement du Premier ministre Mohammed Shia al-Sudani fait des efforts pour reconstruire les routes et les ponts.

Mais les responsables affirment que la route du développement est basée sur quelque chose de nouveau : une période de stabilité relative depuis la fin de l’année dernière qu’ils espèrent pouvoir maintenir.

Si les travaux commencent au début de l’année prochaine, le projet sera achevé en 2029, a déclaré Fartousi.

« Même si l’Irak a été absent pendant un an ou deux ou une décennie ou deux, il doit revenir un jour ou l’autre. Espérons que ces jours soient le début du retour de l’Irak », a-t-il déclaré.

[ad_2]