Les Palestiniens se préparent pour le Ramadan à l’ombre de la guerre à Gaza Par Reuters

Les Palestiniens se préparent pour le Ramadan à l’ombre de la guerre à Gaza Par Reuters

[ad_1]

5/5

© Reuter. Un homme fait tourner un feu d'artifice fait maison tandis que les Palestiniens déplacés préparent leurs tentes pour le Ramadan, dans le contexte du conflit en cours entre Israël et le groupe islamiste palestinien Hamas, à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 9 mars 2024. REUTERS/Mohammed Sal

2/5

Par Sinan Abu Mayzer. Nidal al-Mughrabi. Bassam Massoud

JERUSALEM/LE CAIRE/RAFAH, Gaza (Reuters) – Les Palestiniens se sont préparés pour le Ramadan dans une humeur sombre, avec des mesures de sécurité renforcées par la police israélienne et le spectre de la guerre et de la faim à Gaza éclipsant le mois sacré musulman normalement festif alors que les pourparlers pour obtenir un cessez-le-feu sont au point mort.

Des milliers de policiers ont été déployés dans les rues étroites de la vieille ville de Jérusalem, où des dizaines de milliers de fidèles sont attendus chaque jour dans l'enceinte de la mosquée Al Aqsa, l'un des lieux les plus saints de l'Islam.

La zone, considérée comme le lieu le plus sacré par les Juifs qui la connaissent sous le nom de Mont du Temple, est depuis longtemps un foyer de troubles et a été l’un des points de départ de la dernière guerre en 2021 entre Israël et le Hamas, le mouvement islamiste qui contrôle Gaza.

Ce conflit de 10 jours a été éclipsé par la guerre actuelle, qui en est maintenant à son sixième mois. Cela a commencé le 7 octobre lorsque des milliers de combattants du Hamas ont fait irruption en Israël, tuant quelque 1 200 personnes, selon les chiffres israéliens.

La campagne incessante d'Israël à Gaza suscite une inquiétude croissante à travers le monde, alors que le risque croissant de famine menace d'alourdir le bilan des morts, qui a déjà dépassé les 31 000 personnes.

Dans un message du Ramadan adressé aux musulmans du pays et de l’étranger, le président américain Joe Biden s’est engagé dimanche à continuer de faire pression pour obtenir une aide humanitaire à Gaza, un cessez-le-feu et une stabilité à long terme pour la région.

« Alors que les musulmans se rassembleront dans le monde entier au cours des jours et des semaines à venir pour rompre leur jeûne, la souffrance du peuple palestinien sera au premier plan pour beaucoup. Elle l'est pour moi », a déclaré Biden dans le communiqué.

« À ceux qui sont en deuil en cette période de guerre, je vous entends, je vous vois et je prie pour que vous trouviez du réconfort. »

Après une certaine confusion le mois dernier, lorsque le ministre d'extrême droite de la Sécurité, Itamar Ben Gvir, a déclaré qu'il souhaitait des restrictions sur les fidèles d'Al Aqsa, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré que les chiffres admis seraient similaires à ceux de l'année dernière.

« C'est notre mosquée et nous devons en prendre soin », a déclaré Azzam Al-Khatib, directeur général du Waqf de Jérusalem, la fondation religieuse qui supervise Al Aqsa. « Nous devons protéger la présence des musulmans dans cette mosquée, qui doivent pouvoir y entrer en grand nombre de manière pacifique et sûre. »

Le début du Ramadan dépend des observations lunaires : pour les Palestiniens, il commencera lundi, alors qu'il débutera mardi dans certains pays arabes et musulmans.

Contrairement aux années précédentes, les décorations habituelles autour de la vieille ville n'ont pas été installées et le ton était tout aussi sombre dans les villes de Cisjordanie occupée, où environ 400 Palestiniens ont été tués dans des affrontements avec les forces de sécurité ou des colons juifs depuis le début de l'occupation. début de la guerre à Gaza.

« Nous avons décidé cette année que la Vieille Ville de Jérusalem ne serait pas décorée par respect pour le sang de nos enfants, des anciens et des martyrs », a déclaré Ammar Sider, un dirigeant communautaire de la Vieille Ville.

La police a déclaré qu'elle s'efforçait d'assurer un Ramadan paisible et qu'elle avait pris des mesures supplémentaires pour réprimer ce qu'elle qualifiait d'informations provocatrices et déformées sur les réseaux sociaux et qu'elle avait arrêté 20 personnes soupçonnées d'incitation au terrorisme.

« La police israélienne continuera d'agir et permettra l'observance des prières du Ramadan en toute sécurité sur le mont du Temple, tout en maintenant la sécurité et la sûreté dans la zone », a indiqué la police dans un communiqué.

Pour le reste du monde musulman, la surveillance d'Al Aqsa par Israël est depuis longtemps l'un des problèmes les plus amèrement ressentis et le mois dernier, le chef du Hamas, Ismail Haniyeh, a appelé les Palestiniens à marcher vers la mosquée au début du Ramadan.

L’année dernière, les affrontements qui ont éclaté lorsque la police est entrée dans l’enceinte de la mosquée ont suscité la condamnation de la Ligue arabe ainsi que de l’Arabie saoudite, avec laquelle Israël cherchait à normaliser ses relations diplomatiques, étendant ses efforts pour nouer des liens avec les puissances régionales, notamment les Émirats arabes unis.

ESPOIRS DE CESSEZ-LE-FEU

Les espoirs d'un cessez-le-feu, qui aurait permis le déroulement paisible du Ramadan et le retour d'au moins une partie des 134 otages israéliens détenus à Gaza, semblent avoir été déçus par l'impasse apparente des pourparlers au Caire.

Un responsable du Hamas a déclaré à Reuters que le groupe était ouvert à de nouvelles négociations mais, à sa connaissance, aucune date n'avait été fixée pour de nouvelles réunions avec les médiateurs au Caire.

Comité international de la Croix-Rouge Mirjana Spoljaric a discuté de la situation humanitaire avec Ismael Haniyëh, président du bureau politique du Hamas, lors d'une visite au Qatar dimanche. Elle a également rencontré des responsables qatariens, dans le cadre des efforts déployés par le groupe pour engager des pourparlers directs avec toutes les parties, a indiqué le CICR.

Dans les ruines de Gaza même, où la moitié des 2,3 millions d’habitants sont regroupés dans la ville méridionale de Rafah, la plupart vivant sous des tentes en plastique et confrontés à une grave pénurie de nourriture, l’ambiance était tout aussi sombre.

« Nous n'avons fait aucune préparation pour accueillir le Ramadan parce que nous jeûnons depuis cinq mois maintenant », a déclaré Maha, une mère de cinq enfants, qui aurait normalement rempli sa maison de décorations et rempli son réfrigérateur de fournitures pour les célébrations de l'Iftar le soir, lorsque les gens se lèvent. leur jeûne.

« Il n'y a pas de nourriture, nous n'avons que quelques conserves et du riz, la plupart des produits alimentaires sont vendus à des prix imaginaires », a-t-elle déclaré via l'application de chat depuis Rafah, où elle se réfugie avec sa famille.

Philippe Lazzarini, chef de l'agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens UNRWA, a déclaré dans un article sur X que le mois de Ramadan devrait « apporter un cessez-le-feu pour ceux qui ont le plus souffert », mais que pour les habitants de Gaza, « cela survient alors que la faim extrême se propage et que les déplacements se poursuivent ». & la peur et l'anxiété prédominent au milieu des menaces d'une opération militaire sur #Rafah ».

Dans la ville d'Al-Mawasi, au sud de Gaza, les responsables palestiniens de la santé ont déclaré que 13 personnes avaient été tuées lors d'une frappe militaire israélienne contre une zone de tentes où des milliers de personnes déplacées s'abritaient.

Il n’y a eu aucun commentaire israélien dans l’immédiat.

En Cisjordanie, qui connaît une violence record depuis plus de deux ans et une nouvelle recrudescence depuis la guerre à Gaza, les enjeux sont également élevés, avec Jénine, Tulkarem, Naplouse et d’autres villes instables se préparant à de nouveaux affrontements.

En Israël, les craintes d’attaques à la voiture bélier ou à l’arme blanche par des Palestiniens ont également conduit à une intensification des préparatifs en matière de sécurité.

Pour de nombreux habitants de Gaza, il n’y a guère d’autre choix que d’espérer la paix.

« Le Ramadan est un mois béni même si cette année n'est pas comme chaque année, mais nous sommes fermes et patients, et nous accueillerons le mois de Ramadan comme d'habitude, avec des décorations, des chants, des prières, le jeûne », a déclaré Nehad El- Jed, qui a été déplacée avec sa famille à Gaza.

« Au cours du prochain Ramadan, nous souhaitons que Gaza revienne. Espérons que toutes les destructions et le siège à Gaza changeront et que tout reviendra dans de meilleures conditions. »

[ad_2]