Le tribunal du Vatican entend l’appel téléphonique secrètement enregistré du cardinal avec le pape Par Reuters

Le tribunal du Vatican entend l’appel téléphonique secrètement enregistré du cardinal avec le pape Par Reuters

[ad_1]


© Reuters. PHOTO DE DOSSIER: Le cardinal Giovanni Angelo Becciu, qui a été pris dans un scandale immobilier, réagit en s’adressant aux médias un jour après avoir démissionné soudainement et renoncé à son droit de participer à un éventuel conclave pour élire un pape, près de le Vatican, je

Par Philippe Pullella

CITÉ DU VATICAN (Reuters) – Un tribunal lors d’un procès pour corruption au Vatican a entendu jeudi un appel téléphonique enregistré secrètement entre le principal accusé, le cardinal assiégé Angelo Becciu, et le pape François.

L’enregistrement a été réalisé à l’insu du pape par quelqu’un dans une pièce avec Becciu en juillet 2021, peu de temps avant le début du procès et alors que le pape se remettait encore d’une opération intestinale majeure, a-t-on dit au tribunal.

Les journalistes ont été invités à quitter la salle pendant la lecture de la cassette, mais les avocats qui l’ont entendue ont déclaré que Becciu avait demandé au pape de confirmer que le pontife avait autorisé un paiement pour aider à libérer une religieuse qui avait été kidnappée en Afrique.

Les avocats ont déclaré que lors de l’appel, le pape semblait perplexe et confus quant à la raison pour laquelle Becciu appelait et que le pontife avait demandé à plusieurs reprises au cardinal de lui envoyer une note écrite sur ce qu’il voulait.

En 2018, Becciu, alors la troisième personne la plus puissante du Vatican, a engagé la co-accusée Cecilia Marogna, une soi-disant analyste de la sécurité, pour libérer une religieuse colombienne qui a été enlevée au Mali par un groupe lié à Al-Qaïda.

Marogna, 44 ans, a reçu 575 000 euros (598 630 $) de la Secrétairerie d’État, le département le plus important du Vatican, en 2018 à 2019 lorsque Becciu y travaillait. L’argent a été envoyé à une société qu’elle avait créée en Slovénie et elle en a reçu une partie en espèces, a indiqué le tribunal.

La police a découvert que Marogna avait dépensé une grande partie de l’argent pour son usage personnel, y compris des vêtements de marque de luxe et des visites dans des spas.

Elle est accusée de détournement de fonds et Becciu est changée pour détournement de fonds, corruption et abus de pouvoir. Comme les huit autres accusés, ils ont nié tout acte répréhensible.

Le procureur en chef du procès, Alessandro Diddi, a déclaré jeudi aux journalistes qu’il avait entamé une nouvelle tangente de son enquête dans laquelle il soupçonne Becciu d’association de malfaiteurs. Il a dit avoir déposé les détails auprès du tribunal.

Les avocats de Becciu ont déclaré dans un communiqué qu’ils n’étaient au courant d’aucune nouvelle accusation. La déclaration n’a pas commenté l’appel téléphonique enregistré secrètement.

Un an avant le début du procès, Francis a renvoyé Becciu, soupçonné de népotisme. Becciu nie avoir fait quoi que ce soit pour aider financièrement sa famille.

Jeudi, Becciu a fait face à son principal accusateur, son ancien assistant principal, Mgr Alberto Perlasca. Il a expliqué au tribunal comment il avait été condamné à effectuer des paiements qu’il considérait comme inhabituels.

Il a déclaré avoir envoyé 100 000 euros à une association caritative en Sardaigne, ne sachant pas à l’époque qu’elle était liée à la famille de Becciu.

Becciu a déclaré que l’organisme de bienfaisance avait aidé à créer des emplois dans une région pauvre.

Le procès tourne autour de l’achat d’un immeuble à Londres par la Secrétairerie d’Etat. Les 10 accusés comprennent d’anciens employés du Vatican et des intermédiaires italiens qui, selon l’accusation, ont extorqué le Vatican.

(1 $ = 0,9605 euro)

[ad_2]