Le dollar américain se stabilise avant le week-end

Le dollar américain se stabilise avant le week-end

[ad_1]

Les positions longues ont été réduites hier alors que les taux ont annulé les gains réalisés à la suite de la hausse surprise de la Banque du Canada mercredi. Il se consolide aujourd’hui alors que le marché se tourne vers les réunions des banques centrales de la semaine prochaine (FOMC, BCE et BOJ) et une avalanche de données. Il est également possible que la Chine réduise le taux de référence de la facilité de prêt à moyen terme à un an. D’une manière générale, le billet vert suit toujours les taux, et la baisse initiale de plus de 4 % du prix du WTI de juillet (à 69 $ avant de rebondir à ~ 71 $) a contribué à faire chuter les rendements américains de l’extrémité supérieure de leurs fourchettes. Plutôt que des facteurs de demande, c’est peut-être le potentiel de l’offre iranienne qui a été le moteur, après des informations faisant état de progrès dans les pourparlers américano-iraniens, qui ont ensuite été minimisés. Le WTI de juillet se consolide dans une fourchette d’environ 1 $ au-dessus de 70,60 $ aujourd’hui. Le taux américain à 10 ans est en hausse d’environ trois points de base à 3,75 %. Les rendements de référence européens sont pour la plupart légèrement plus fermes, bien que les rendements des gilts britanniques soient plus faibles.

Les grandes bourses asiatiques ont progressé et le CSI 300 chinois a réduit la perte de cette semaine à 0,65 %. L’indice MSCI Asia Pacific a augmenté pour la deuxième semaine consécutive pour la première fois ici au deuxième trimestre. L’Europe accuse une petite perte, mais elle n’a augmenté qu’une seule fois cette semaine. Les contrats à terme sur actions américaines sont légèrement inférieurs. Le dollar est plus ferme face à la plupart des devises du G10 aujourd’hui. La couronne norvégienne et le dollar canadien sont des exceptions notables. Sur la semaine, le billet vert a baissé sauf face à la couronne suédoise. L’or s’est redressé de près de 1940 dollars hier pour s’établir à près de 1965 dollars, juste en dessous de la moyenne mobile sur 20 jours, qu’il n’a pas dépassée depuis le 15 mai. Il se situe aujourd’hui dans une fourchette d’environ 3 dollars centrée autour de 1963 dollars.

Asie-Pacifique

L’IPC de la Chine a augmenté de 0,2 % par rapport à il y a un an en mai après une augmentation de 0,1 % en avril, mais dire qu’il a doublé le caractérise mal. D’un mois à l’autre, les prix à la consommation en Chine ont baissé de 0,2 %. Les prix des biens ont diminué de 0,3 % d’une année sur l’autre, la deuxième baisse mensuelle consécutive, tandis que l’inflation des services a ralenti à 0,9 % contre 1,0 %. Les prix alimentaires ont augmenté de 1 %, tandis que les prix non alimentaires sont restés stables. Le prix du porc a diminué pour la première fois en un an (-3,2 % d’une année sur l’autre). La mesure de base a augmenté de 0,6 % par rapport à il y a un an. La déflation des prix à la production s’est accélérée, chutant de 4,6 % en glissement annuel après une baisse de 3,6 % en avril. Il s’agit de la plus forte baisse depuis mai 2016. D’un mois à l’autre, il s’agit d’une baisse de 0,9 %. Le PPI a également montré une baisse des produits de consommation. Les données sur l’inflation faible devraient augmenter les chances que la PBOC réduise le taux de la facilité de prêt à moyen terme sur un an vers la semaine (15 juin) de 2,75 %, où il se trouve depuis septembre dernier. Une réduction des réserves obligatoires considérée comme une avancée possible avant la date d’imposition de fin de mois.

Le dollar se remet du plus bas de la semaine contre le yen japonais enregistré en Asie plus tôt aujourd’hui près de 138,75 JPY avant de rebondir avec l’aide de taux d’intérêt américains plus fermes. Le billet vert s’échange autour de la moyenne mobile sur cinq jours (~139,55 JPY). Le sommet de la séance a été enregistré au début du chiffre d’affaires européen près de 139,75 JPY. Il existe des options pour 970 millions de dollars à 140 JPY qui expirent aujourd’hui, et les indicateurs de dynamique intrajournalière étirés suggèrent qu’elle pourrait ne pas l’atteindre. Le support initial peut maintenant être dans la zone JPY139.20-40. Le dollar australien s’est établi hier au-dessus de 0,6700 $ pour la première fois en près d’un mois. Il est retombé légèrement en dessous de 0,6695 $ où il a trouvé de nouveaux acheteurs qui ont atteint de nouveaux sommets de session près de 0,6725 $. Il y a peu de résistance graphique devant la zone de 0,6800 $. Le dollar américain s’échangeait entre environ 7,1030 CNY et 7,1415 CNY mercredi et était largement confiné à cette fourchette hier et aujourd’hui. C’est la cinquième semaine consécutive que le yuan s’affaiblit. Il ne s’est renforcé que deux semaines ici au deuxième trimestre. La PBOC a fixé aujourd’hui le taux de référence du dollar à 7,1115 CNY, légèrement inférieur au 7,1121 CNY projeté par la prévision médiane de l’enquête de Bloomberg.

L’Europe 

La zone euro s’est contractée au T4-22 et au T1-23. Cette définition Econ 101 d’une récession n’est pas particulièrement utile. Rappelons que l’économie américaine s’est contractée au T1 22 et au T2 22 et que la Fed venait de commencer à ajuster les taux d’intérêt (mars 2022) et cela ne les a pas dissuadés d’un iota. Il y a eu deux principaux freins à la croissance de la région : une forte baisse des stocks et des dépenses publiques. La baisse des dépenses publiques s’est concentrée en Allemagne (-5,4 %). Le PIB de l’Allemagne s’est contracté de 0,3 % et celui des Pays-Bas de 0,7 %. Cela explique à lui seul une baisse de 0,1 % de la production de la zone euro. La croissance irlandaise, biaisée par la réservation de quelques activités multinationales, s’est inversée et s’est contractée de 5 % d’un trimestre à l’autre. Cela seul a coûté 0,2 % à la croissance de la zone euro. La force a été observée en France (0,2 %) et dans la périphérie. Les dépenses d’investissement et les exportations nettes ont contribué au PIB.

L’euro a clôturé au-dessus de la moyenne mobile sur 20 jours (~ 1,0765 $) pour la première fois depuis le 8 mai. Il a affiché son meilleur sommet de clôture depuis le 22 mai. Il n’y a eu aucun achat de suivi aujourd’hui et l’euro a reculé vers 1,0760 $. Les indicateurs de momentum quotidiens semblent constructifs, mais l’euro doit dépasser de manière convaincante les 1,0810 $, ce qui correspond au retracement (38,2 %) de la baisse par rapport à près de 1,11 $. Une poussée en dessous de 1,0740 $ neutralise le ton. La livre sterling a dépassé la bande de résistance dans les 1,2500-40 $ et s’est installée au-dessus du plus haut de la semaine dernière (1,2545 $). Il a également atteint l’objectif de retracement (61,8%) des pertes depuis le sommet du 10 mai fixé à près de 1,2680 $. Pourtant, les achats de suivi aujourd’hui étaient minimes, moins d’un dixième de cent à près de 1,2570 $. Des creux de session ont été enregistrés dans le chiffre d’affaires européen près de 1,2535 $. Un retour en dessous de 1,25 $ serait décevant.

Amérique

Le bond de 28 000 (12 %) des demandes hebdomadaires de chômage a probablement été flatté par les vacances du Memorial Day et la grève en cours des dockers sur la côte ouest. En termes de pourcentage, il s’agissait de la plus forte augmentation depuis les distorsions des vacances à la fin de 2021. En chiffres absolus, il s’agissait de la plus forte augmentation depuis la mi-juillet 2021. Nous pensons que le marché du travail ralentit, mais cette augmentation des demandes d’emploi hebdomadaires l’exagère probablement. Pourtant, il y a une raison pour laquelle les économistes se concentrent sur une moyenne mobile sur quatre semaines. Cela aide à atténuer le bruit de ce qui peut être une série volatile. La moyenne mobile sur quatre semaines se situe légèrement au-dessus de 237 000, ce qui est le plus élevé depuis fin avril. Le plus haut de l’année jusqu’à présent a été atteint fin mars près de 242 000. Le sommet de quatre semaines en 2022 était légèrement inférieur à 240 000. La grève des dockers (22 000 travailleurs dans 29 ports de la côte ouest) dure depuis près d’un an sans contrat. Le différend sur l’automatisation et les avantages pour la santé a été résolu. Les salaires ne le sont pas. Les travaillistes veulent une augmentation de salaire de 7,50 % pour chaque année du contrat proposé, et rétroactive au 1er juillet 2022. Le problème logistique pour les entreprises est que les grèves détournent les navires vers les ports du Golfe et de la côte est. Cependant, en raison d’une sécheresse, le transit par le canal de Panama est plus difficile. L’Autorité du canal de Panama prévoit que fin juillet, le niveau d’eau atteindra un niveau record de près de 78 pieds (~ 23,9 mètres). La moyenne quinquennale pour juillet est de près de 85 pieds. Cela met en garde contre le risque de perturbations de la chaîne d’approvisionnement et de pressions sur les prix.

Le Canada annonce aujourd’hui des emplois en mai. Au cours des quatre premiers mois de l’année, le Canada a créé en moyenne près de 62 000 emplois par mois, dont les deux tiers étaient des postes à temps plein. Les chiffres comparables de la période janvier-avril 2022 étaient presque identiques autour de 61k et 42,5k, respectivement. Nous pensons que l’économie canadienne ralentit nettement après la poussée du premier trimestre et les incendies de forêt massifs renforcent notre conviction. Cela pourrait devenir plus évident avec le rapport sur l’emploi d’aujourd’hui, où la croissance globale de l’emploi pourrait avoir augmenté à son rythme le plus lent depuis septembre dernier. Le pendule de la psychologie des marchés en faveur non pas d’une mais peut-être de deux hausses supplémentaires au second semestre. Un rapport décevant sur l’emploi pourrait donner une pause au marché.

Le dollar américain est offert contre le dollar canadien avant les données sur l’emploi. En milieu de semaine, le billet vert a atteint un plus bas d’un mois proche de 1,3320 CAD. Il ne s’est pas échangé en dessous de 1,33 CAD depuis la mi-février. Après s’être consolidé hier et s’être maintenu sous le support précédent, devenu résistance à 1,34 CAD, le billet vert est revenu à près de 1,3330 CAD aujourd’hui. Il existe des options pour environ 770 millions de dollars à 1,3400 CAD qui expirent aujourd’hui. Le plus bas de l’année a été enregistré début février aux alentours de 1,3260 CAD. Pendant ce temps, le billet vert se consolide au-dessus du plus bas de sept ans établi en milieu de semaine par MXN17,3055. Le Mexique publie aujourd’hui les chiffres de la production industrielle d’avril, qui devraient s’être redressés après avoir chuté de 0,9 % en mars. La baisse de l’IPC de mai annoncée hier maintient probablement la banque centrale sur la touche tandis que le marché des swaps anticipe la première baisse des taux vers la fin de l’année. Il semble y avoir peu de choses sur les graphiques avant la zone MXN17.00.

[ad_2]