Israël publie des images d’enfants tués pour rallier son soutien après l’attaque du Hamas Par Reuters

Israël publie des images d’enfants tués pour rallier son soutien après l’attaque du Hamas Par Reuters

[ad_1]


© Reuter. Le ministre israélien de la Défense Yoav Gallant assiste à une conférence de presse conjointe avec le ministre allemand de la Défense Boris Pistorius (non représenté) à Berlin, en Allemagne, le 28 septembre 2023. REUTERS/Fabrizio Bensch/File photo

Par John Davison, Humeyra Pamuk et Sabine Siebold

JERUSALEM/TEL AVIV/BRUXELLES (Reuters) – Le gouvernement israélien a montré jeudi au secrétaire d’État américain Antony Blinken et aux ministres de la Défense de l’OTAN des images graphiques d’enfants et de civils morts, affirmant qu’ils ont été tués par le groupe palestinien Hamas, alors qu’il renforce le soutien à sa réponse.

Le bureau du Premier ministre Benjamin Netanyahu a également publié sur les réseaux sociaux une photo d’un nourrisson mort dans une mare de sang et du corps calciné d’un enfant, dans le cadre d’un effort apparent visant à attiser la colère mondiale contre les militants de Gaza suite à l’attaque de samedi.

Blinken, qui s’est rendu à Tel Aviv plus tôt jeudi, a déclaré aux journalistes qu’on lui avait montré des photographies et des vidéos d’un bébé criblé de balles, de soldats décapités et de jeunes brûlés vifs dans leurs voitures ou leurs cachettes.

« C’est tout simplement de la dépravation de la pire des manières imaginables », a déclaré Blinken lors d’un point de presse. « Les images valent mille mots. Ces images en valent peut-être un million. »

Netanyahu s’est engagé à anéantir le Hamas après son attaque meurtrière contre des communautés israéliennes sans méfiance samedi, qui a tué plus de 1 300 personnes, l’attaque la plus meurtrière contre Israël depuis sa création en 1948.

L’armée de l’air israélienne a lancé d’intenses bombardements sur Gaza au cours des cinq derniers jours et rassemble des dizaines de milliers de soldats le long de la frontière en prévision d’une éventuelle invasion terrestre.

Les autorités de Gaza ont déclaré que plus de 1 400 Palestiniens, principalement des civils, dont des enfants, avaient déjà été tués et plus de 6 000 blessés. Une invasion terrestre dans ce territoire densément peuplé pourrait faire payer un tribut bien plus lourd.

Le ministre israélien de la Défense, Yoav Gallant, a diffusé une vidéo à ses homologues au siège de l’OTAN à Bruxelles qui, selon lui, montrait des scènes horribles de l’attaque surprise du Hamas.

« Des enfants ont été attachés et abattus. Oui, je le répète, des enfants, attachés et abattus », a-t-il déclaré à ses collègues ministres par liaison vidéo, selon un texte de son discours envoyé à Reuters.

« IMAGES HORRIFIQUES »

Dans un message sur le site de médias sociaux « X », le bureau de Netanyahu a publié ce qu’il considère comme des « photos horribles de bébés assassinés et brûlés par les monstres du Hamas ».

Il ajoute : « Le Hamas est inhumain. Le Hamas est l’EI », comparant le groupe palestinien à l’État islamique, connu pour sa brutalité et ses vidéos d’exécutions sanglantes.

Les images des nourrissons morts ont été incluses dans la vidéo diffusée à l’OTAN. Il n’a pas été rendu public, mais a ensuite été vu par Reuters à Jérusalem. Reuters n’a pas pu vérifier ces informations de manière indépendante.

« Il s’agissait d’images horribles des attaques et des victimes des attaques », a déclaré à la presse le secrétaire général de l’Otan, Jens Stoltenberg, estimant que cela « confirmait la brutalité des attaques ».

La Maison Blanche a déclaré qu’elle n’avait aucune raison de douter de l’authenticité des images.

Le Hamas a nié que ses militants aient porté atteinte aux civils, accusant Israël et l’Occident de diffuser de fausses informations pour inciter à la violence contre les Palestiniens.

Le chef adjoint du Hamas, Saleh Al-Arouri, a déclaré que les combattants du groupe avaient uniquement pour objectif d’attaquer l’armée israélienne et avaient été surpris par l’effondrement rapide des unités de l’armée. « Le plan était de cibler l’équipe de l’armée à Gaza et de combattre uniquement les soldats de l’occupation », a déclaré Arouri selon des citations publiées par le Hamas.

La vidéo montrée à l’OTAN, apparemment tirée d’un mélange de médias sociaux publiés par le Hamas et de vidéos téléphoniques non identifiées, montrait les corps de dizaines de civils morts, ainsi que le corps d’un soldat israélien en uniforme, sans tête.

Aucune image ne suggère que des militants ont décapité des bébés – une accusation particulièrement explosive qui a d’abord émergé dans les médias israéliens et initialement confirmée par les responsables israéliens.

Le président américain Joseph Biden avait laissé entendre mercredi avoir vu des images d’enfants décapités par des militants. La Maison Blanche a précisé plus tard que les responsables américains n’avaient vu aucune preuve de cela.

Netanyahu n’a pas réitéré l’affirmation de son bureau plus tôt cette semaine selon laquelle le Hamas avait effectivement coupé la tête d’enfants, et Gallant n’a pas non plus répété cette accusation aux ministres de l’OTAN.

Mais les médecins, les organisations internationales de défense des droits de l’homme et les journalistes ont établi que des militants ont tué des femmes, des enfants et des personnes âgées ainsi que des jeunes hommes et des soldats dans leurs déchaînements.

Les journalistes étrangers ont montré des sites ciblés par le Hamas, ont vu des ruines de maisons incendiées et des rues parsemées de résidents et de militants morts.

Les responsables de l’OTAN ont déclaré qu’ils ne s’attendaient pas à ce que l’alliance soit directement impliquée dans le conflit. Mais plusieurs États de l’OTAN, en particulier les États-Unis, ont proposé une aide militaire à Israël.

Le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, a déclaré jeudi après la réunion de l’OTAN que Washington n’imposait aucune condition à son aide en matière de sécurité à Israël et attendait de l’armée israélienne qu’elle « fasse les bonnes choses ».

[ad_2]