Au moins 22 personnes tuées dans un massacre présumé au monastère du Myanmar Par Reuters

Au moins 22 personnes tuées dans un massacre présumé au monastère du Myanmar Par Reuters

[ad_1]

2/2

© Reuters. PHOTO DE DOSSIER: Des soldats se tiennent à côté de véhicules militaires alors que les gens se rassemblent pour protester contre le coup d’État militaire, à Yangon, Myanmar, le 15 février 2021. REUTERS / Stringer / File Photo

2/2

(Reuters) – Au moins 22 personnes, dont trois moines bouddhistes, ont été abattues à bout portant dans le centre du Myanmar la semaine dernière, selon le rapport d’autopsie d’un médecin, dans ce que les opposants au régime militaire qualifient de massacre de civils perpétré par le armée.

Un porte-parole de la junte birmane, qui a organisé un coup d’État il y a deux ans pour renverser le gouvernement élu, a déclaré que ses troupes avaient été impliquées dans des affrontements avec des combattants rebelles dans la région de Pinlaung, dans le sud de l’État de Shan, mais n’avaient blessé aucun civil.

Le porte-parole de la junte, Zaw Min Tun, a déclaré dans un communiqué que les Forces de défense des nationalités karenni (KNDF) et un autre groupe rebelle sont entrés dans le village de Nan Neint après l’arrivée des forces gouvernementales pour assurer la sécurité avec une milice populaire locale.

« Lorsque les groupes terroristes ont violemment ouvert le feu… certains villageois ont été tués et blessés », a-t-il déclaré.

Il n’a pas répondu aux multiples appels de Reuters pour plus de commentaires.

Reuters n’a pu vérifier de manière indépendante aucune des affirmations.

Un porte-parole du KNDF a déclaré que ses soldats étaient entrés dimanche à Nan Neint et avaient trouvé des cadavres éparpillés dans un monastère bouddhiste.

Des vidéos et des photographies fournies par le KNDF et un autre groupe, l’Union de la révolution karenni (KRU), ont montré des blessures par balle au torse et à la tête des cadavres et des impacts de balles dans les murs du monastère. Reuters n’a pas pu vérifier de manière indépendante l’authenticité du matériel.

Un rapport post-mortem du Dr Ye Zaw, qui fait partie du gouvernement d’unité nationale, une administration civile en exil formée depuis le coup d’État, a déclaré que des armes automatiques avaient probablement été utilisées à bout portant pour tuer 22 personnes, dont trois moines en robe safran.

« Comme il n’y avait pas d’uniformes militaires, d’équipements et de munitions trouvés sur le reste des corps, il est évident qu’il s’agissait de civils », a déclaré le rapport, dont une copie a été examinée par Reuters.

« Puisque tous les cadavres ont été retrouvés dans l’enceinte du monastère de Nan Nein, il est évident qu’il s’agissait d’un massacre. »

Les combats font rage dans la région depuis au moins deux semaines, avec une centaine de structures incendiées à l’intérieur et autour du site du massacre présumé à Nan Neint, selon les médias locaux, les forces de résistance et les images satellite vérifiées par Myanmar Witness, une organisation qui documente les violations des droits de l’homme.

Le pays d’Asie du Sud-Est est en crise depuis que l’armée a pris le pouvoir en février 2021, mettant fin à une décennie de tentatives de démocratie en renversant l’administration dirigée par la lauréate du prix Nobel Aung San Suu Kyi.

Des mouvements de résistance, certains armés, ont émergé dans tout le pays, que l’armée a contrés avec une force létale et qualifiés de « terroristes ». Certaines forces militaires ethniques se sont également opposées à la junte.

Aung Myo Min, ministre des droits de l’homme du gouvernement d’unité nationale, a déclaré que la junte avait intensifié les opérations de combat et attaqué des groupes de civils non armés dans au moins quatre cas au cours des deux dernières semaines.

« Il est clairement évident que la stratégie de la junte est de cibler des civils, ce qui est un crime contre l’humanité », a-t-il déclaré aux journalistes lors d’une conférence de presse en ligne.

La junte a nié qu’elle visait des civils, affirmant que ses troupes ne répondaient qu’aux attaques de « terroristes ».

Au moins 3 137 personnes ont été tuées dans la répression militaire depuis le coup d’État, selon l’Association d’assistance aux prisonniers politiques à but non lucratif.

Les Nations Unies ont accusé l’armée de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité.

[ad_2]